Mes lectures : Le Brocart Bleu- Isabelle Malowé

 Le Brocart Bleu – Isabelle Malowé

4e de couverture :
Partir à l’autre bout du monde – découvrir une époque révolue. Isabelle Malowé vous y invite, vous y encourage.
Elle nous transporte en Indochine, où on la suit sans hésitation, dévorés de curiosité.  L’atmosphère unique de ce territoire confère une saveur aux événements. L’ordinaire devient singulier.
Il y a plusieurs strates de lecture possibles. La première concernerait l’histoire d’amour entre les deux protagonistes principaux, une Indochinoise et un métropolitain. Cependant, cette compréhension du récit serait superficielle.
Le Brocart Bleu raconte la culpabilité, la résilience, la force de ceux et celles que la vie sculpte et qui avancent, encore, toujours.
Les personnages vivent des situations extrêmes, et malgré les aléas de l’Histoire, les conflits armés, ils désirent rester dignes de leur humanité. Quels que soient leurs choix, ils résistent, à leur manière. Certains s’engagent sur la voie de la violence, d’autres ne cèdent jamais devant la haine.
Isabelle Malowé raconte ce chemin avec finesse, rien n’est définitif – le Bien et le Mal s’emmêlent.
Le contexte de cette histoire est colonial, cependant, l’auteure renonce aux idées faciles sur la présence française en Indochine.
Elle a rencontré et écouté des personnes témoins de l’Histoire, et leurs expériences additionnées l’ont enrichie, ont nourri ce récit d’une bouleversante authenticité.
Le Brocart bleu, ce sont toutes les émotions d’une vie en un seul livre…

Avis :
Quelle immersion éblouissante dans le Laos des années 1920 aux années 1970. C’est une magnifique fresque historique, humaine dans un contexte socio-politique contrarié entre colonisation et guerres menées contre les occidentaux mais aussi contre leur peuple. Le récit est tenu par la force de caractère des hommes et des femmes que l’on rencontre au fil des pages ; des individus du quotidien, hmong, laotiens, vietnamiens, chinois, japonais qui se révèlent être hors du commun.
L’Indochine apparait comme un exutoire pour nos protagonistes et cette terre ne nous laisse pas indifférent jusqu’à la fin du roman…

 

 

Leave a Comment